Review Of Print

Login

Les mythes du toner produit chimiquement

Robert Moore.jpgVoici un article de Katun, fabricant indépendant de toners, photorécepteurs, rouleaux de fusion et autres pièces détachées pour les copieurs et imprimantes.
 " Mythes sur les Toners Chimiques"
    par Robert Moore   /    VP Développement Produits, Katun Corporation
Les constructeurs ont adopté les toners chimiques dès le premier lancement de cette technologie au milieu des années 1990. Les nombreux avantages des toners chimiques par rapport aux toners classiques constituaient alors l’argumentaire de vente. Selon les OEMs, les particules chimiques sont plus petites et plus solides, de manière à pouvoir obtenir une meilleure qualité d’image.
Les fabricants ont considérablement investi au niveau financier, d’une part, pour produire des toners chimiques et, d’autre part, pour sensibiliser le marché à tous leurs avantages. Beaucoup de nouvelles machines ont été conçues et mises sur le marché dans le but d’être optimisées pour ces nouveaux toners.
Les constructeurs ont effectué un excellent travail en commercialisant cette technologie de toners chimiques comme un produit unique. Au moins un fabricant d’équipement d’origine a même créé une image de marque pour son toner chimique afin de se différencier encore plus des produits de ces concurrents  et des produits du marché seconde source. Les fabricants d’équipement d’origine protègent jalousement leur propriété intellectuelle en termes de conception et production des toners chimiques, rendant ainsi difficile toute production de toners compatibles  qui respectent les droits de Propriété Intellectuelle (I.P).
Les toners classiques sont toujours plus communément utilisés par rapport aux toners chimiques. Les efforts marketing de certains OEMs et la diffusion rapide sur le marché de machines destinées à être utilisées avec ces toners chimiques ont permis une bonne appréhension des avantages visibles de ces derniers. Cependant, eu égard à l’importance du parc existant utilisant le toner classique, ce dernier est toujours plus communément utilisé par rapport au toner chimique. Force est de constater que les principaux constructeurs ne se sont pas tous lancés dans la production d’équipement d’imoression destinées à être équipées de toners chimiques. Et au moins deux fabricants d’équipement d’origine principaux ont annoncé de nouvelles machines qui les maintiendront dans l’ère du toner classique.
On croit généralement que plus la taille des particules des toners est petite, meilleurs seront les rendements et la qualité d’impression. Par le passé, les processus de fabrication classiques présentaient des limites économiques en termes de taille, en raison des faibles rendements de fabrication (on pulvérisait alors le toner en particules de petite taille). Les méthodes de production de toners chimiques, quant à elles, permettent de produire de petites particules selon une étroite répartition au moyen d’une polymérisation en suspension ou bien d’une agrégation par émulsion, deux procédés de production de toners chimiques.
Grâce à ces nouvelles techniques de fabrication,  le toner classique dispose d’armes pour concurrencer de manière plus efficace le toner chimique. Cependant, de nouvelles avancées dans les techniques de fabrication par pulvérisation, permettent au toner classique de générer de manière plus efficace des particules plus petites selon une étroite répartition. Grâce à ces nouvelles techniques de fabrication, le toner classique dispose d’armes pour concurrencer de manière plus efficace le(s) toner(s) chimique(s).
Des recherches ont montré que le procédé de fabrication est moins important que la répartition par taille de particule, le flux, la charge, les caractéristiques thermiques et autres spécifiques aux particules des toners. Même la forme des particules est moins décisive que d’autres caractéristiques fonctionnelles des particules des toners. Le résultat final , les particules de toners qui agissent de la même manière , importe bien plus que le procédé de fabrication utilisé pour leur création. En fait, il est essentiel de mentionner que les types de matières premières, ou « ingrédients », utilisées dans le cadre de la production de toners classiques et chimiques sont les mêmes dans la plupart des cas !

Questions les plus fréquemment posées concernant les Toners Chimiques
Q. Comment se fait-il que des toners classiques fonctionnent correctement dans une application destinée, à l’origine, aux toners chimiques ?
Qu’il soit produit de manière chimique ou traditionnelle, le toner doit présenter des caractéristiques fonctionnelles importantes pour fonctionner correctement. Il s’agit :
•    de la charge de toner,
•    de la morphologie de surface,
•    du flux de poudre sèche,
•    des caractéristiques thermiques,
•    de la taille des particules.
Il est impératif que ces caractéristiques et celles liées au procédé xérographique inhérentes à la conception d’un photocopieur ou d’une imprimante s’équilibrent. L’essentiel est qu’une fois toutes les caractéristiques relatives à la performance du toner exactement adaptées à celles du produit original, les toners classiques peuvent fonctionner correctement dans des applications destinées à l’origine aux toners chimiques.
Les fournisseurs doivent se concentrer sur les caractéristiques fonctionnelles importantes des particules des toners. Le revendeur et l’utilisateur final doivent porter leur attention sur les caractéristiques relatives aux performances du toner et aux résultats finaux, à savoir qualité de ligne, densité d’image, adhésion, rendement, etc. Le procédé de fabrication ne concerne aucun d’entre eux.

Q. Y a-t-il des aspects négatifs en termes d’utilisation d’un toner classique dans une application destinée, à l’origine, à des toners chimiques ?
En bref, la réponse est non, si la conception est correcte. La machine ne distingue pas la manière selon laquelle sont fabriquées les particules. Le toner doit simplement réaliser les mêmes fonctions xérographiques et se comporter de la manière attendue par la machine.

Q. Quelles sont les différences des toners Katun par rapport aux autres toners du marché seconde source que l’on trouve actuellement sur le marché ?
Depuis 2005, l’équipe d’ingénierie de Katun et les équipes de nos partenaires de fabrication ont travaillé en étroite collaboration pour arriver à détailler les procédés de fabrication relatifs à la formulation/conception du toner et les procédés spécifiques de fabrication afin de reproduire précisément les caractéristiques fonctionnelles des toners des constructeurs d’équipement d’origine et d’obtenir les résultats souhaités pour les applications tant monochromes que couleurs. Cela a consisté à :
•    déterminer les caractéristiques fonctionnelles importantes sus-décrites et que l’on trouve dans les toners des fabricants d’équipement d’origine,
•    réaliser des essais dans de nombreuses conditions environnementales et opérationnelles différentes,
•    documenter les performances des toners originaux par rapport aux produits Katun,
•    tester la compatibilité avec le produit des fabricants d’équipement d’origine.
Katun et nos partenaires utilisent des procédés uniques et propriétaires de fabrication classiques modifiés afin de produire des toners qui s’adaptent exactement aux performances des toners des OEMs  dans des domaines importants tels que la densité d’image, l’adhésion, le rendement, etc.

Q. Les toners chimiques et classiques sont-ils compatibles ? Est-ce que je peux en charger un sur l’autre ?
Oui. Les toners classiques peuvent co-exister avec des toners chimiques lorsque leurs caractéristiques fonctionnelles essentielles sont extrêmement proches. Cependant, il est nécessaire que cela soit conçu pour . En faisant fortement attention au flux, aux caractéristiques de charge et au contretypage des couleurs, un toner classique peut « agir » comme un produit chimique. Le processus de fabrication ne détermine pas la compatibilité : celle-ci est plutôt déterminée par les caractéristiques des particules de toner produites.
Les toners classiques peuvent co-exister avec des toners chimiques lorsque leurs caractéristiques fonctionnelles essentielles sont extrêmement proches. Un toner classique produit convenablement peut être alimenté au-dessus d’un toner chimique en raison de la compatibilité des caractéristiques de leurs particules. Sur l’ensemble des essais réalisés, chaque échantillon de toner est soumis à des essais en laboratoire du service R&D de Katun pour déterminer la compatibilité à la fois ascendante et inverse du toner Katun avec le produit des fabricants d’équipement d’origine.

Q. Mes machines qui utilisent des toners chimiques semblent produire une légére dispersion de toner . Est-ce qu’elles ne vont pas fonctionner de manière encore plus «sale »  avec des toners classiques ?
Tout d’abord, une machine « sale » indique la présence excessive de résidus de toner, sous forme de « poussière », dans le système du photocopieur. Cette poussière reste sur les surfaces du tambour OPC, des courroies et des rouleaux.
Pour donner une réponse directe à la question, non, cela n’est pas lié au processus de fabrication utilisé. Les toners chimiques produisent en règle générale des images nettes (contrôle des points) en contrôlant soigneusement la diffusion des particules du toner. L’importance de la charge des particules ainsi que leur taille, leur forme et d’autres caractéristiques contrôlent la diffusion dans la machine, ce qui entraîne parfois un encrassement de la machine. Un toner classique fabriqué correctement, qui présente des caractéristiques de particules de toner similaires, n’entrainera pas un encrassement plus important de la machine que le toner chimique. En fait, des recherches ont démontré que certains toners chimiques des fabricants d’équipement d’origine présentent des performances réellement inférieures à celles des toners classiques similaires. L’encrassement du toner n’est pas une conséquence du processus de fabrication, mais plutôt celle des caractéristiques des particules du toner.

Q. Est-ce que le toner chimique est plus écologique que le toner classique ?
Même s’il est vrai que le processus de fabrication chimique nécessite moins d’énergie que la production de toners classiques, comme pour toutes choses, on se retrouve face à des compromis.
Le toner classique utilise de l’électricité pour pulvériser la matière en petites particules. La production de toner chimique utilise une quantité significative d’eau dans le processus de production. De l’énergie supplémentaire est nécessaire pour collecter, traiter et recycler l’eau dans l’environnement.
Les machines destinées à une utilisation avec des toners chimiques sont conçues pour faire fondre le toner à une température plus basse. Cela permet des économies d’énergie. Les fabricants de toners classiques, tels que Katun, n’exigent pas que les utilisateurs modifient les réglages de la température de fusion sur la machine. Les matières de base sont choisies, en partie, en fonction de leurs caractéristiques de fusion. Dans ce cas, les économies d’énergie sont réalisées au niveau de la machine, et non du toner, et sont bénéfiques pour tous les utilisateurs.
Depuis 2005, Katun commercialise des toners monochromes et couleurs destinés à être utilisés dans des applications conçues à l’origine pour les toners chimiques. Katun réalise des recherches importantes sur chaque toner pour comprendre les caractéristiques fonctionnelles et xérographiques essentielles que doivent présenter un toner. Ces recherches ont vocation à créer des toners qui s’adaptent précisément aux mêmes caractéristiques essentielles des autres toners, tout en respectant la propriété intellectuelle de ceux-ci. Katun collabore avec de grands fabricants de toners qui utilisent des équipements de fabrication de pointe pour produire des produits de haute qualité.


À propos de l’auteur :
Robert Moore est Vice Président de la branche Développement de Nouveaux Produits au sein de la société Katun Corporation.
Bob a rejoint Katun en octobre 1988 en tant que technicien d’essai de laboratoire. Il a passées ces 12 premières années à travailler aux Opérations Techniques tout en les dirigeant. En 2000, Bob a pris de nouvelles responsabilités au sein du département Développement de Nouveaux Produits et a passé les six dernières années à manager les efforts de développement des Fournitures d’Imagerie (Imaging Supplies) de Katun et, plus récemment, toutes les activités Recherche et Développement du cœur de métier de Katun.
Avant de travailler chez Katun, Bob a commencé sa carrière dans le canal distributeur/BTA en travaillant presque trois ans en tant que technicien de service sur le terrain.
Bob est titulaire d’un diplôme universitaire de premier cycle en Informatique, d’une licence en Commerce International avec une mineure en Philosophie et d’un MBA en Finance et Marketing.

À propos de Katun :
Katun Corporation, ayant son siège à Minneapolis, est le plus grand fournisseur mondial en générique de consommables, photorécepteurs, pièces détachées, rouleaux de fusion et autres produits de choix, pour le secteur des matériels de bureaux. Fort de plus de 28 ans d’expertise et d’expérience dans le secteur de l’équipement des professionnels, la société Katun compte maintenant plus de 19 000 clients dans plus de 170 pays.
Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2013

Top Desktop version