Review Of Print

Login

Impression bobines

Kodak : les promesses de la presse Prosper XL

Système d’impression Prosper S10 - Ligne d’impression Prosper S10 installée dans le centre de démonstration de Dayton. Les deux têtes d’impression, visibles en haut de la photo, impriment du texte variable en noir sur une bande pré-imprimée.La presse Prosper XL de Kodak doit fournir une qualité d’impression comparable à l’offset sur n’importe quel type de support, y compris couché.
"Prosper XL" la version couleur de la technologie d'impression jet d'encre Stream de Kodak, devrait être lancée sur les marchés au premier semestre 2010.
Elle vient d'être présentée à Dayton (Etats-Unis). Intégralement développée en interne, après plusieurs années de mise au point, cette technologie a d'abord donné lieu à un élément d'impression monochrome Prosper S10 (largeur d'environ 10 cm, 305 mètres par minute, résolution 600 x 600 dpi) présenté à la drupa 2008 et installé depuis chez plusieurs prestataires.
La presse Prosper XL
La rotative Prosper XL est conçue pour les laizes de 65 cm au maximum, dans une configuration 4/4, avec une vitesse record de 200 mètres par minute. Avec l’impression recto verso de deux pages en sens travers, cela revient à 3 600 pages A4 par minute, ou 216 000 pages par heure, un volume très proche de la productivité des presses offset feuilles moyen format.

La technologie Stream
 Prototype de la presse couleur Prosper - Un prototype de la presse couleur Prosper a été publiquement présenté lors d'un événement organisé au centre de démonstration de Dayton. Contrairement à la future presse couleur Prosper XL, ce modèle imprime uniquement en recto sur une bande plus étroite.  Pour apprécier pleinement ce qui distingue la solution Kodak des autres technologies jet d’encre, il convient d’examiner de plus près le concept d’impression sur lequel elle repose. La technologie Stream est fondamentalement différente des techniques jet d’encre proposées par les autres fabricants, que ce soit pour les applications domestiques, bureautiques ou de production. Toutes les technologies concurrentes ne produisent des gouttelettes que lorsque le point doit réellement être imprimé. Ces imprimantes sont donc qualifiées de « drop-on-demand » (DOD). La technologie Kodak, en revanche, fait appel à un flux continu d’encre depuis chaque buse. Comme on imprime rarement une page entière dans la même couleur, les gouttelettes correspondant aux zones non imprimables doivent être déviées et récupérées. Ici aussi, la technologie Stream innove. Les impulsions thermiques communiquées aux buses permettent de configurer le flux d’encre de chaque buse sous forme de gouttelettes d’une taille donnée. Les gouttelettes dont le diamètre est inférieur à la valeur programmée sont déviées par un flux d’air et guidées vers un système spécial de récupération, où l’encre est nettoyée avant d’être réutilisée. Les gouttelettes suffisamment larges se déposent sur le papier et forment l’image imprimée. Tout ce processus s’effectue à une fréquence de 400 kHz (400 000 fois par seconde) par buse sur toute la largeur de la tête d’impression. Une différence essentielle par rapport à la technologie « drop-on-demand » est que l’encre ne sèche pas à la sortie des buses puisqu’elle est pulvérisée en continu. Les têtes d’impression sont par conséquent plus fiables : Kodak parle d’une durée de vie dix fois plus longue. De plus, la composition de l’encre peut être modifiée puisqu’il n’est plus nécessaire de recourir aux substances normalement indispensables pour prévenir le séchage de l’encre. Ces substances peuvent avoir un impact négatif sur le séchage et la qualité d’impression sur les supports peu absorbants. Les pigments spécialement mis au point par Kodak contribuent au contraire à l’obtention d’une qualité comparable à l’offset avec une trame de 150 lpi, y compris sur les papiers graphiques couchés. Petit bémol, Kodak reconnaît que les supports utilisés sur la presse PROSPER nécessitent un traitement de surface pour parvenir à une qualité d’impression optimale. L’entreprise s’est associée à un petit nombre de papetiers en vue de concevoir des supports déjà pourvus de cette finition de surface, ce qui restreindra sensiblement le choix disponible, du moins dans un premier temps. Sur un plan plus positif, le système accepte les supports dont le grammage est compris entre 45 et 300 g/m², de quoi traiter un large éventail d’applications.
   Schéma de la tête  d’impression Stream - Le processus Stream génère un flux continu de  gouttelettes d’encre ; les gouttelettes indésirables sont déviées et  récupérées avant d’atteindre le papier
Kodak laisse encore planer le mystère sur la résolution exacte de la presse Prosper XL ; ce qui est sûr, c’est qu’elle sera équipée des mêmes têtes d’impression que le système Prosper S10 qui affiche une résolution de 600 x 600 dpi. Avant que les systèmes couleur puissent être distribués à grande échelle, un certain nombre d’ajustements seront inévitables. Chaque tête d’impression couvrant une largeur d’environ 10 cm, un système complet se composera de six têtes par couleur et par page. Le séchage des encres est assuré par une série de modules de séchage à infrarouge. Les dispositifs de mesure et de calibration des couleurs en ligne intégrés à la presse couleur Prosper XL devraient garantir l’excellente qualité promise.

Presse Prosper -Vue interne de la presse Prosper, avec ses systèmes de contrôle de la qualité et ses modules de séchage.Presse Prosper
Kodak a profité de l’événement de Dayton pour soumettre deux imprimés de référence au regard critique des experts internationaux : l’un produit sur le prototype de la presse couleur Prosper et l’autre sur une presse offset feuilles. L’original était un dépliant de quatre pages pour un supermarché – le type de document qui s’imprime chaque jour à des millions d’exemplaires de par le monde. La qualité du papier était légèrement supérieure à celle habituellement utilisée pour ce type de travail, mais pour le reste, l’original comportait la combinaison usuelle de textes, photos, logos et aplats. Le plus remarquable dans ce test comparatif, c’est qu’il n’y avait justement pas grand-chose à remarquer. A première vue, l’imprimé numérique était impossible à distinguer de la version offset. Un examen plus approfondi a toutefois permis d’observer quelques différences mineures : sur les dépliants imprimés par la presse Prosper, les demi-tons clairs étaient un peu moins homogènes, alors que les traits du texte étaient légèrement plus épais et la densité d’encre un peu plus élevée. Ces différences étaient cependant tellement minimes que les clients du supermarché risquaient peu de les déceler, à moins de se munir d’une loupe. De l’avis unanime et sans réserve des analystes, les imprimés pouvaient sans problème être vendus. Les autres échantillons présentés par Kodak, comme celui d’un manuel imprimé sur papier fin, n’ont pas non plus suscité la moindre critique.

Livraisons en 2010
La livraison des premières presses Prosper à des clients bêta triés sur le volet est prévue pour le premier semestre 2010, pour l’impression de livres, dans un premier temps, et ultérieurement pour celle de publipostages et de catalogues. Leur commercialisation généralisée devrait débuter au second semestre de la même année. Selon Kodak, des négociations seraient en cours avec une centaine de sociétés intéressées par une participation aux différentes phases du lancement. Un premier accord avec un spécialiste américain de l’édition de livres a récemment été annoncé.

Dans l’état actuel des choses, personne ne peut affirmer avec certitude que la technologie Stream et le système Prosper de Kodak seront capables de tenir leurs belles promesses. Kodak s’attend pour sa part à ce que le système Prosper donne un nouvel élan au secteur de l’impression numérique et prévoit que les presses Prosper produiront un milliard de pages d’ici 2015. Ceci équivaut à peu près au volume total imprimé sur l’ensemble des systèmes numériques de production opérationnels dans le monde en 2008 (selon les estimations d’InfoTrends). Les échantillons présentés par Kodak ont beau être impressionnants, ils n’ont pas été directement prélevés de la ligne de test installée dans le centre de démonstration. Les résultats de laboratoire fournis par les premières têtes d’impression sont eux aussi insuffisants pour la personnalisation en noir. Il est en outre difficile de prévoir le comportement de la nouvelle technologie dans des conditions de production réelles. Abstraction faite des améliorations qui seront probablement suggérées par les premiers utilisateurs bêta, la perspective d’un processus performant capable de rivaliser avec l’offset sur des tirages allant jusqu’à 3 000 exemplaires voire plus existe bel et bien (chiffres communiqués pour les catalogues ; 7 000 pour les livres de 320 pages, aucune donnée pour les publipostages).

D'après Ralf Schlözer (InfoTrends)
Toile : www.kodak.com
Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version