Review Of Print

Login

Bureautique * Perpectives

Investir pour l'avenir , par le Dr Joe WEBB

etude1La demande de documents imprimés ne cesse d’évoluer en raison des interactions constantes entre les technologies de l’information et des facteurs économiques. Une période de ralentissement économique peut en fait intensifier le rythme de ce changement, à mesure que les donneurs d’ordre cherchent de nouvelles façons de réaffecter leurs budgets et d’essayer de nouvelles méthodes. Il est essentiel de disposer d’un aperçu prévisionnel des formats et usages du support imprimé lors de l’investissement dans les biens d’équipement. Vous ne pouvez pas partir du principe que ce que vos clients veulent aujourd’hui sera toujours ce qu’ils veulent ou ce dont ils ont besoin demain.

Adaptation aux tendances du marché

Parmi les tendances clés du marché qui doivent être envisagées, on retrouve les plus courts tirages, le déclin des prix des imprimés face à la concurrence entre le support imprimé, les supports électroniques et les technologies de bureau, et le déluge de contenu et de documents numériques qui engendrent chez les clients l’attente de délais très courts. C’est presque comme s’ils disaient : « Si je peux l’imprimer sur mon bureau, pourquoi devrais-je attendre de me le faire livrer par l’imprimeur ? » C’est particulièrement vrai pour les donneurs d’ordre les plus récents.

Les plus courts tirages favorisent les plus petits formats de presse et leurs caractéristiques inhérentes de coût de calage. La quasi totalité du contenu graphique est désormais créée numériquement, ce qui permet à de nouvelles technologies de flux de production d’optimiser les coûts et délais de production. Les propriétaires de contenu cherchent également des façons de créer à une seule reprise leur contenu de base et de le déployer sur de nombreux supports multimédias, notamment l’imprimé, Internet, les écrans d’ordinateur, les appareils mobiles et autres, répartissant sur tous ces supports l’investissement dans la création de contenu.

Les imprimeurs doivent continuellement adapter leur offre à ces changements dans la communauté des donneurs d’ordre afin de se montrer compétitifs sur le marché, mais il n’existe pas deux imprimeries complètement identiques. Elles présentent toutes des différences au niveau de leur historique, de l’équipement installé, du capital financier, et de leur clientèle et prendront des décisions différentes en matière d’équipement. Mais il existe trois catégories de base qui offrent un point de départ lorsqu’il s’agit d’envisager un changement au niveau de la technologie de presse.

  • Travail d’adaptation : l’outil adéquat pour le bon travail
  • Croissance ou changement au niveau de l’équation commerciale
  • Adaptation aux changements du marché
Travail d’adaptation : l’outil adéquat pour le bon travail

Dans la mesure où le marché et les exigences des clients évoluent au fil du temps, l’équipement d’une imprimerie ne parvient bien souvent pas à répondre aux demandes des marchés émergents, surtout à mesure qu’il vieillit — utiliser du matériel de 1999 pour s’imposer sur le marché de 2009 n’est pas particulièrement efficace. Malheureusement, les coûts et les prix de 1999 ne correspondent plus aux besoins du marché actuel. Et l’équation a également changé au niveau du travail, avec une demande de plus courts tirages de haute qualité plus importante que jamais encore auparavant. La production de ces plus courts tirages, situés entre 250 et 20 000 exemplaires, s’avère à peine rentable sur des presses offset conventionnelles ou des presses numériques à toner.

Plutôt que de faire l’acquisition d’une nouvelle grande presse, il vaudra souvent mieux pour l’entreprise décharger les presses offset conventionnelles ou numériques à toner du travail à peine rentable au profit d’une presse de plus petit format, dotée des toutes dernières commandes et fonctionnalités d’automatisation. Chaque presse est ainsi utilisée pour le travail qui lui convient le mieux, du point de vue des coûts, des bénéfices et des délais.

Une presse offset numérique telle qu’une Presstek DI peut améliorer l’efficacité des presses numériques à toner et des presses offset conventionnelles. Les presses numériques à toner peuvent être réservées aux très courts tirages et aux travaux à données variables, les longs tirages dépassant les 20 000 exemplaires peuvent être confiés aux presses offset conventionnelles, tandis que les moyens tirages peuvent être produits avec la DI. Les presses Presstek DI peuvent également être utilisées pour des applications multiversions et pour produire des supports préimprimés qui peuvent ensuite être personnalisés au moyen de la presse à toner, résultant souvent en une optimisation du coût total et de la qualité pour le client.

Ces deux scénarios permettent à l’imprimerie d’utiliser l’outil adéquat pour le bon travail, comblant l’écart stratégique subsistant entre l’offset conventionnel et les presses numériques à toner.

Investir pour l’avenir

Cela permet également à l’imprimerie d’accepter un plus large éventail de travaux de leurs clients, plutôt que d’externaliser, ou de les refuser, deux actions qui pourraient en fin de compte se solder par la perte d’un client au profit d’un concurrent doté des bons outils de production. Il y a toujours des situations dans lesquelles des imprimeurs acceptent des travaux dont les spécifications ne correspondent pas tout à fait à leurs presses. Ce « travail d’adaptation » désignait auparavant les courts tirages ou les travaux aux délais brefs, qui constituent en fait ce que le marché semble exiger aujourd’hui. L’idée était qu’il valait la peine de produire le travail, ou de l’externaliser, pour garder le client ou pour inaugurer un nouveau compte. Pourquoi forcer un travail d’adaptation sur des presses qui ne sont pas adaptées au travail ou perdre vos marges et votre contrôle en externalisant, lorsque vous pouvez bénéficier d’une activité plus flexible avec une presse numérique plus récente et de plus petit format ?

Croissance ou changement au niveau de l’équation commerciale
Dans cette situation, une société se développe et doit offrir du travail couleur de qualité, tout en minimisant la charge qui pèse sur elle. C’est bien souvent la situation de l’imprimeur dont le chiffre d’affaire s’élève entre 1,5 et 2,5 millions de dollars et qui doit se doter de nouvelles fonctionnalités pour accroître ses chiffres de vente. Pour profiter pleinement de la tendance aux plus courts tirages, aux supports numériques et aux flux de production numériques, une société dans cette position peut augmenter sa gamme de production avec une presse Presstek DI entièrement automatisée. Une presse de ce type peut répondre à ces nouvelles exigences commerciales sans les complexités de l’impression offset conventionnelle, tout particulièrement pour les sociétés qui n’ont offert auparavant qu’une production numérique à toner ou qui passe du travail deux couleurs en quadrichromie.

Adaptation aux changements du marché
Il arrive que la clientèle d’une société et les besoins de cette clientèle aient évolué au point que les capacités de l’unité de production existante ne suffisent plus à répondre à ces besoins. Plutôt que de conserver du matériel dont le calage et autres coûts nuisent à la rentabilité, il vaut souvent mieux se défaire de cet équipement dépassé et réinventer son activité avec de nouveaux flux de production et un nouveau matériel. Une telle décision peut s’avérer douloureuse et difficile, mais peut constituer le bon choix lorsqu’il devient clair que le marché ne sera plus jamais ce qu’il a été, et que le concept d’« activités habituelles » n’existe pas. C’est le type de situation à laquelle les imprimeurs sont généralement confrontés lorsqu’un grand compte « préféré » les quitte, est obtenu, ou cesse son activité, ou en d’autres termes, lorsqu’un changement radical survient au niveau de la clientèle, et que les nouveaux clients du marché nécessitent une base d’équipement mieux adaptée à leurs besoins actuels et futurs.

Conclusion
L’heure est venue pour les imprimeries d’examiner d’un œil critique leurs plates-formes de production. Le marché évolue et la plate-forme de production doit évoluer, elle aussi. L’imprimerie prospère de l’avenir consistera vraisemblablement en une plate-forme de production hybride — exploitant les bénéfices individuels des presses offset conventionnelles, offset numériques et numériques à toner pour répondre à un éventail sans cesse croissant de besoins des utilisateurs et pour combler l’écart de production stratégique qui existe entre les technologies actuelles offset et numériques à toner. Cela garantira une activité plus forte et plus rentable, bien placée pour conserver les clients existants et en obtenir de nouveaux.

dr_joe_webb_tnA propos de l'auteur :

Le Dr Joe Webb est l’un des consultants, prévisionnistes et commentateurs les plus réputés du secteur des arts graphiques. Il est directeur de l’Economics and Research Center de WhatTheyThink et auteur de l’ouvrage « Renewing the Printing Industry ». Depuis janvier 2003, sa chronique intitulée « Mondays with Dr. Joe » est devenu une lecture incontournable de WhatTheyThink, à l’instar de ses séminaires Web trimestriels de prévisions économiques, au cours desquels il analyse les tendances économiques, technologiques et sectorielles, interprétant leurs conséquences pour les dirigeants et leurs décisions stratégiques. Titulaire d’un Ph.D du Center for Graphic Communications Management and Technology de l’université de New York (1987), il siège au conseil d’administration de ce centre. Il a également décroché un MBA en systèmes d’information de gestion de l’Iona College (1981) et a obtenu son diplôme en sciences managériales et marketing du Manhattan College avec mention très bien (1978). Il a également été membre de l’Economics Honor Society.

 

Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version