Review Of Print

Login

Manifestations

Les avantages de l'économie de développement durable

s.matyas_et_b.decugis_snessi
de gauche à droite Stéphane Matyas et Bernard Decugis (SNESSI)

La bonne gestion des documents dans une entreprise peut lui permettre de gagner un point de résultat net a indiqué Bernard Decugis, président du SNESSI, lors de la seconde édition Inititiative Développement Durable du 18 juin 2009 à Paris. Premier tour d'horizon.

Sachant qu'en France on imprime en moyenne 200 milliards de pages par an dans les entreprises (hors industries graphiques) et que 15% d'entre elles sont directement jetées à la poubelle, a de son côté souligné Stéphane Matyas, responsable de la commission marketing et prospective du SNESSI, on s'aperçoit que le poste "documents" représente un gisement important de productivité. D'autant que l'optimisation de la consommation papier a un effet important au niveau de la réduction des émissions de CO2. Pour y arriver il faut créer un responsable des documents (multisupports), qui soit proche de la direction générale de l'entreprise pour que des actions efficaces puissent être engagées. Le profil est en cours d'élaboration notamment par Xplor a indiqué Jean-Louis de la Salle, son vice-président.

A retenir aussi, l'intervention décoiffante de Yannick Roudaut expert financier au sein de l'association progrès du management (APM) et auteur de deux livres : "la cohérence de l'entreprise à l'épreuve des ONG" et " l'Alter Entreprise) qui a démontré en cinquante minutes que nous sommes actuellement entrés dans "une nouvelle révolution industrielle totalement durable" qui pour des raisons sociales, politiques, et économiques, est la seule voie pour sortir de la crise économique née du libéralisme financier sauvage engagé depuis les années 80.

Deux étapes à franchir

table_ronde_avec_p.mazeau_xerox
Une table ronde avec la participation de représentants de Konica Minolta, Ricoh, KPMG et Epson. Patrick Mazeau (Xerox) est au micro.

La bonne gestion du document peut passer par exemple par l'utilisation de papiers recyclés, de l'impression recto verso, et de deux pages par face, et en imprimant que ce qui est strictement nécessaire. Les gains peuvent être significatifs en très peu de temps, car les équipements sont déjà dotés de toutes les fonctionnalités pour le faire. La circulaire du Premier ministre français en décembre 2008 pour optimiser le poste impression dans l'administration va dans ce sens aussi. De plus, les fournisseurs de systèmes d'impression se sont lancés, bien avant la crise économique récente, dans des processus de fabrication plus respectueux de l'environnement, avec le recyclage des équipements récupérés (application de la circulaire DEEE), la récupération des cartouches d'encre utilisées par le biais d'un organisme comme le Conibi (50% des cartouches sont déjà reprises), etc. A cela s'ajoutent les actions des papetiers en faveur d'une exploitation contrôlée et certifiées des forêts

canon_konica-minolta_et_xerox
Côte à côte (de gauche à droite) Philippe Pelletier (Canon), Daniel Mathieu (Konica Minolta) et Stéphane Bonnaud (Xerox)

Comment aller plus loin? Après la gestion optimisée des parcs d'équipements, et des flux documentaires on peut ensuite s'attaquer aux processus eux-mêmes en horizontal par la ged (gestion électronique de documents) ou/et en vertical par le biais de l'intégration dans les processus métiers pour aboutir à une automatisation complète.
Reste qu'il y a des freins qui s'opposent à ces évolutions. On les trouve au premier rang au niveau des individus qui ne veulent pas changer leurs fonctionnements dans l'entreprise, mais aussi en dehors de celle-ci, et surtout l'absence d'identification du poste document dans la comptabilité analytique de celle-ci.

 

 

 

A propos du SNESSI.
Le SNESSI (syndicat national des entreprises de systèmes et de solutions d'impression) regroupe seize entreprises (Brother, Canon, Conibi, Epson, Infotec, Kyocera Mita, Konica-Minolta, océ, Oki, Rex Rotay, Ricoh, Riso, Samsung, Sharp, Toshiba, Xerox). La quasi-totalité de ces entreprises sont à capitaux étrangers. Elles commercialisent leurs équipements en France et certaines y assurent de la RD et de la production. Elles-ci ont réalisé globalement 6,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2008. Elles emploient 17 000 personnes directement (20 000 si l'on intègre les sites de R&D et de production), et environ 10 000 personnes chez les grossistes et revendeurs.
Toile : www.snessi.com
Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version