Review Of Print

Login

CMS High-Tech se dote d’un jardin filtrant

   Annie Banas (CMS High-Tech)    Repoussant les limites de son éco-démarche, CMS High-Tech, dirigé par Annie Banas, vient d’annoncer la mise en place d’un jardin filtrant dans ses installations de Luigny.
CMS High-Tech, que dirige Annie Banas, est bien connu des imprimeurs et autres transformateurs de l’emballage, puisque cette entreprise récupère et recycle les solvants utilisés notamment dans les encres d’impression utilisées dans le secteur. Repoussant les limites de son éco-démarche, Annie Banas vient d’annoncer la mise en place d’un jardin filtrant dans ses installations de Luigny.

 Labo (CMS High-Tech)   S’il y a une couleur que CMS High-Tech pourrait hisser sur un drapeau à l’entrée de son site implanté à Luigny (Eure-et-Loire), ce serait le vert. Et cela n’aurait rien d’un effet de mode. Loin de la vague de greenwashing qui secoue les entreprises en mal de notoriété, cette société spécialisée dans la vente de produits chimiques et plus particulièrement dans la distribution de solvants chlorés s’inscrit dans une démarche environnementale depuis sa création en 1993. L’annonce de la mise en place de son dernier processus protecteur de l’environnement, le jardin filtrant, a eu lieu le 26 février. Hervé Novelli, secrétaire d’Etat aux PME, artisanat, commerce, consommation et tourisme, était présent - Etiq&Pack également.
Les locaux de CMS High-Tech sont d’autant plus accueillants qu’il fait froid et que le vent s’est levé ce 26 février 2010 à Luigny en même temps que ses habitants. Il règne dans les bureaux une atmosphère studieuse. Les collaborateurs de l’entreprise sont tous à leur poste. Sophie Allimonier, directrice commerciale du pôle arts graphiques et Sylvie Boichard, assistante de direction, guettent les visiteurs afin de leur réserver le meilleur accueil. Annie Banas, dirigeante, et Vincent Trubert, directeur technique, mettent au point les derniers détails de leur présentation dans la salle de réunion.

Un nouvel effort environnemental

 Solvant (CMS High-Tech)   L’enjeu est de taille : après avoir investi 2 millions d’euros en 2009 pour la création d’un nouveau bâtiment ultra technique et sophistiqué pour le stockage de solvants (acétate d’éthyle isopropyle et d’alcools 99 PG et spécial) dédié aux arts graphiques et au packaging, CMS High-Tech présente son nouveau programme de traitement écologique des eaux industrielles souillées par distillation et jardins filtrants.
« Actuellement nos eaux industrielles sont acheminées par camion vrac 20 t vers des centres pour y être incinérées. Il y a donc destruction de l’eau par évapo-incinération, consommation de gasoil dans les transports et encombrement des routes et pollution atmosphérique » explique Annie Banas. L’œil pétillant, cette chimiste de formation, confie assouvir un rêve. Ce jardin filtrant, elle l’a imaginé il y a 20 ans. Présenter le projet devant Hervé Novelli et son équipe constitue une grande fierté pour elle et l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise. Au-delà du secteur des industries graphiques, CMS High-Tech est spécialisée dans la vente de produits chimiques et plus particulièrement dans la distribution de solvants chlorés et inflammables utilisés dans les secteurs industriels du traitement de surface, de l’automobile, des peintures, de l’électronique, des plastiques composites… De plus, cette entreprise créée en 1993, propose des solutions de recyclage des solvants usés et l’enlèvement des déchets par ses propres camions (plateaux et pompes). Elle traite simultanément sur trois installations de distillation sous vide des solvants souillés d’encre, de peinture ou de résine.
Ce nouveau procédé comprend deux phases de traitement. Le premier est la distillation.
« Le quatrième distillateur de CMS High-Tech est destiné au traitement des eaux. Les produits des clients ont au préalable été identifiés, évalués et acceptés dans une catégorie. Ce processus est réalisé par notre laboratoire disposant de matériel spécifique pour les eaux. Un certificat d’acceptation préalable est ensuite délivré par client et par catégorie », explique Vincent Trubert. Le reste coule de source : les camions ou les emballages de transport sont disposés dans la zone de dépotage, les eaux industrielles sont acheminées vers des cuves de stockage. Avant les opérations de traitement, une analyse de la cuve est réalisée. Les produits subissent un prétraitement puis sont distillées dans un évaporateur (sous vide poussé) équipé d’une pompe à chaleur.
Annie Banas complète la description : « C’est un programme de recherche initié depuis 3 ans. Il est écologique puisqu’il vise à traiter et distiller 92 % des eaux collectées et obtenir une eau propre et limpide ».

L’ouverture au public

324_3_tnLe secrétaire d’Etat aux PME écoute attentivement la présentation. Les deux députés Philippe Vigier (4e circonscription d’Eure-et-Loir) et Laure de La Raudière (3e circonscription) ponctuent l’exposé de questions. La dirigeante de CMS High-Tech, davantage portée sur le contenu de la discussion que sur le protocole, répond enthousiaste et présente le second procédé, celui qui va permettre d’achever l’intégralité du processus sur place : « Avant de rejeter cette eau vers le milieu naturel, il faut lui apporter de l’oxygène. Cet apport est réalisé par un traitement de végétaux très particuliers et spécifiques. C’est le jardin filtrant. » Grâce aux plantes, CMS High-Tech va reconstituer des écosystèmes naturels et valoriser la biodiversité par la restauration des ressources naturelles (eau, air, sol) et la création de zones humides. Quelque 70 espèces de plantes d’origine locale seront plantées et contribueront à cette diversité.
Cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, le site pourra être visité par le public. Il sera aménagé en parcours pédagogique, parfaitement intégré dans son environnement. « Le contrôle des paramètres relatifs à la qualité des eaux est assurée en auto surveillance par notre laboratoire constitué de sept chimistes, en dehors de leurs travaux d’analyses des échantillons extraits des prétraitements et des distillations » précise le directeur technique.
A l’origine du projet, une économie d’eau : cette nouvelle installation va permettre à CMS High-Tech une auto alimentation de 600 m3 d’eau destinés au renouvellement annuel de la réserve incendie. Annie Banas, citoyenne aussi, ajoute : « Sur le plan écologique, dans les années qui viennent, le manque d’eau va se faire ressentir et la conservation de la ressource eau sera une priorité environnementale ». Thierry Bouthier, maire adjoint de Luigny, Yani Pichard, conseiller général du canton d’Authon du Perche, Gérard Restegue, président de la communauté de communes du Perche Gouet, se réjouissent de voir cette dynamique chef d’entreprise à la sensibilité environnementale présenter un projet qui répond aux demandes conjointes des administrations, des populations et des industries.

Une démarche continue

Si la démarche semble novatrice aux yeux des élus présents, elle s’inscrit dans la politique prônée par Annie Banas. Dès juillet 2001, CMS High-Tech était certifiée ISO 14 001 (système de management de l’environnement).
L’enregistrement EMAS à la commission européenne, en octobre 2001 complétait ce dispositif. « Tous les résultats des analyses et performances environnementales sont décrits et inscrits dans « la Déclaration Environnementale » explique Annie Banas à Hervé Novelli tandis qu’il se rend, au pas de course, dans l’atelier de distillation. Cheveux et cravate au vent, le secrétaire d’Etat est attentif au descriptif de la distillation sous vide dont le brevet INPI déposé en 2003 est une technologie propre. Le fait que cette technique fasse baisser les coûts de production des clients de CMS High-Tech n’y est pas étranger. La visite se poursuit sur une plate-bande, à l’endroit même où le premier coup de pelle sera donné au mois de septembre. Là où pousse un gazon verdoyant, il faut imaginer un jardin rempli d’iris, de saules et d’herbes hautes.
Le secrétaire d’Etat prendra le temps de poser pour la photo souvenir avant de s’engouffrer dans la voiture qui l’emmène à son prochain rendez-vous. Annie Banas peut souffler. Elle a démontré, une fois de plus, que son entreprise était un acteur véritable du développement durable. Malgré l’absence de soleil, ce jour-là, sur le Perche, CMS High-Tech et ses technologies propres miroitait comme un diamant vert sous les projecteurs du respect environnemental. Irène Lopez

Paru dans Etiq&Pack n°35

Quelques chiffres sur les solvants
70 à 80 000 tonnes de solvants régénérés chaque année en France sur un total de 400 000 tonnes utilisées et 101 000 tonnes récupérées 1 tonne de solvant récupéré permet d’obtenir 700 kg de solvant régénéré (source Federec) Il y a 9 familles de solvants dont les solvants chlorés (chlorure de méthylène, trichloréthylène, perchloréthylène…) En 2008, toutes industries confondues, 42,6 millions de tonnes ont été récupérées dans le flux de déchets pour être régénérées en 37,2 millions de tonnes de matières premières. Le CA annuel du secteur du recyclage est de 11,3 milliards d’euros.

Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version