Review Of Print

Login

Entre l'offset et l'impression numérique

etude1Comment combler l’écart de production stratégique entre l’offset et l’impression numérique à toner

Adaptation de la plate-forme de production d’impression pour répondre aux exigences actuelles du marché
Par Cary Sherburne

Table des matières
Pourquoi existe-t-il un écart ?
Le monde tel qu’il est
Pourquoi les presses offset numériques Presstek DI® ?

De nouvelles applications pour de nouveaux clients
Le monde tel qu’il sera

Comment combler l’écart de production stratégique entre l’offset et l’impression numérique à toner

Adaptation de la plate-forme de production d’impression pour répondre aux exigences actuelles du marché

La seule constante est le changement, un changement continu et inévitable, qui constitue le facteur dominant dans la société actuelle. Aucune décision sensée ne peut plus être prise sans tenir compte à la fois du monde tel qu’il est, mais aussi du monde tel qu’il sera.
— Isaac Asimov, auteur et professeur de biochimie, 1920–1992

Pourquoi existe-t-il un écart ?

Le rôle de l’imprimé dans les médias continue d’évoluer, en raison notamment de la disponibilité accrue de supports alternatifs, souvent perçus comme moins onéreux et peut-être plus efficaces que l’imprimé. L’imprimé est pourtant loin d’avoir dit son dernier mot et continue à jouer un rôle clé dans les communications. Des changements se sont toutefois manifestés au niveau du marché de diverses manières, qui n’ont pas nécessairement été positives pour l’industrie de l’impression.

La concurrence des médias, une cadence commerciale plus rapide, et des technologies de production numérique chaque fois plus fonctionnelles et rentables sont autant de facteurs qui se sont additionnés pour former un environnement créant une demande croissante de plus petits tirages et de délais plus courts.

De surcroît, il existe désormais un tout nouveau terrain d’action compétitif, rendu possible par Internet — la possibilité de commander, effectuer un suivi, épreuver et, en général, de commercer en ligne abolit les obstacles géographiques qui maintenaient auparavant l’impression au niveau local.

Qui plus est, de nombreux articles qui étaient automatiquement imprimés par le passé ont été supplantés par la distribution numérique : ces documents sont peut-être maintenant imprimés au niveau local sur une imprimante de bureau ou de groupe de travail, voire pas imprimés du tout. Prenons comme exemple l’achat d’un nouvel ordinateur. D’imposants manuels ont été remplacés par des petits prospectus invitant l’acheteur à se rendre sur Internet pour plus d’informations. Conséquence de ces éléments et d’autres dynamiques encore, un déclin général a été constaté au niveau des envois d’imprimés, dû en grande partie à la décimation des applications d’imprimés au tirage important tels que les manuels ; à la réduction du nombre de pages des magazines, annuaires et autres catalogues ; et à la migration vers l’impression à la demande — voire à l’absence d’impression — pour les documents de service après-vente, brochures et autres documentations marketing.

Pour connaître la réussite, les imprimeurs doivent apprendre à gérer leurs activités de manière à faire face à ces nouvelles conditions du marché. L’un des défis posés par cette situation est une reconfiguration de la plate-forme d’impression en vue de produire de façon efficace et rentable l’éventail complet d’applications à court tirage (moins de 250 feuilles), moyen tirage (250 à 20 000 feuilles) et long tirage (plus de 20 000 feuilles) afin de répondre aux demandes des donneurs d’ordre d’aujourd’hui. Si les plus longs tirages sont facilement gérés avec les presses offset conventionnelles, et si les moteurs d’impression numériques à toner sont parfaits pour les tirages ultra-courts ou l’impression personnalisée, ce sont les moyens tirages comptant entre 250 et 20 000 exemplaires qu’il peut être difficile de produire de façon rentable. Le bureau d’étude InfoTrends considère ce volume comme le volume à la croissance la plus élevée, mais qui représente néanmoins un écart de production stratégique entre les technologies offset et numérique, que de nombreuses imprimeries s’efforcent de combler de façon rentable1. La figure 1 (ci-dessus) démontre que les imprimeurs qui emploient un système à toner, une presse DI® et l’offset conventionnel utilisent la presse Presstek DI comme passerelle entre le toner et l’offset.

Le Dr Joe Webb, directeur de l’Economics & Research Center de WhatTheyThink a résumé la situation comme suit2 : « les pressions de prix exercées sur l’impression de labeur ont été créées par la concurrence des médias et l’austérité des budgets d’entreprise disponibles. D’autres pressions de coût sont propres aux imprimeries mêmes ; il existe une incompatibilité structurelle au niveau de la base installée de l’industrie, qui s’est soldée par des profits limités, une volonté de consolidation, et des efforts en vue d’optimiser les opérations. Les imprimeurs rentables ont compris que l’optimisation ne suffit pas. Une réflexion en profondeur sur le métier d’imprimeur s’impose. »

1 Étude sur l’impression Presstek DI : passerelle entre l’impression numérique à toner et l’offset conventionnel, InfoTrends, septembre 2008
2 Major Trends and Rethinking the Nature of the Print Business, Joseph W. Webb, Ph.D., septembre 2006
Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version