Review Of Print

Login

Bonne nouvelle : le luxe se porte bien

Deloitte publie la première édition de l’étude mondiale Global Powers of Luxury Goods, qui établit un classement des acteurs du luxe en fonction de leur chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal 2012. L’étude propose également des prévisions de marché, des réflexions concernant l’activité de fusions et acquisitions au sein du secteur, et aborde les principaux enjeux à venir pour l’industrie.

  • Bonne résilience du secteur du Luxe mondial malgré une consommation en repli
  • Le chiffre d’affaires réalisé par les Champions du Top 75 s’élève à plus de 171,8 milliards de dollars
  • Le CA moyen des acteurs du Top75 s’élève à 2,3 milliards de dollars
  • La France arrive en tête du classement avec 3 acteurs au sein du top 10 : LVMH, Kering, L’Oréal
  • LVMH occupe la première place mondiale avec 21 milliards de dollars de CA

Affichages : 1906

Lire la suite...

La Fespa Digital : 20 au 23 mai à Munich

   FESPA Digital 2014    L'édition 2014 de la Fespa Digital qui se tient à Munich (Allemagne) du 20 au 23 mai s'annonce sous les meilleurs auspices.
Quatre halls occupés à la Foire de Munich, plus de 500 exposants, et sans doute plus de 14 000 visiteurs : l'édition 2014 de la Fespa Digital risque bien d'être incontournable. Avec la Fespa Digital se tiendra la Fespa Fabric (textile) et l'European Sign Expo. Il y aura aussi des séminaires gratuits, des démonstrations de solutions complètes, des concours, etc.
Un parcours Fespa Fabric sera formé avec les 70 exposants concernés par l'impression textile (Anajet, Brother, Epson, Kornit Digital, Mimaki, Mutoh, Roland et Reggiani, etc.). Le Fespa Fabric Hub assurera information, formation, et expériences avec des séminaires trucs et astuces animés chaque jour par Kornit Digital.

Affichages : 1761

Lire la suite...

La nouvelle souris est une bague

   The Nod    Une bague au doigt dispensera les utilisateurs de systèmes électroniques (écrans video, ordinateurs, ou smartphones, etc.) de recourir à une souris pour les piloter.
Des chercheurs, issus de Google et Jawbone, ont mis au point une bague électronique "The Nod" qui communique, selon une analyse des mouvements de la main, par bluetooth.
Il s'agit d'une grosse bague en acier équipée d'un accéléromètre à neuf axes, de deux processeurs Cortex M3, de deux boutons et d'un touchpad. Elle peut fonctionner sous Windows, OS X, IOS, Android 4.4 et Linux.

Affichages : 2080

Lire la suite...

Comment ne pas s'ennuyer, ou dormir en réunion?

   Le big pad de Sharp    Comment ne pas s'ennuyer, ou dormir en réunion? Sharp a trouvé une solution : les entreprises gagneraient à fournir à leurs employés de meilleurs outils favorisant le partage d'idées. Par exemple l'écran tactile collaboratif de Sharp "Big Pad".
D'après une étude réalisée pour Sharp, la plupart des réunions et des présentations manquent de dynamisme et de productivité parce qu'elles n'encouragent pas le travail d'équipe. Près d'une personne sur dix (9%) en France, en Allemagne, en Espagne, en Suède, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni avoue s'être déjà endormie pendant une présentation professionnelle, et plus d'un tiers des employés (34%) a déjà vu un collègue piquer du nez. Enfin, ils sont 10% à avoir déjà assisté à une présentation si ennuyeuse qu'ils ont dû inventer un prétexte pour s'éclipser.

Affichages : 2071

Lire la suite...

Fespa Digital 2014 : du 20 au 23 mai à Munich

Plus de 50 nouveaux exposants se sont inscrits pour le salon FESPA Digital 2014 dédié à l'impression grand format numérique. Au moins 50 lancements de produits confirmés

À moins d'un mois de l’ouverture du salon FESPA Digital 2014, tout l’espace d’exposition du salon a trouvé acquéreur. Près de 450 exposants se sont fermement engagés à présenter leurs produits innovants aux visiteurs tout au long des quatre jours que durera l’événement (du 20 au 23 mai 2014, au Messe Munich, en Allemagne).

L’espace d’exposition est d’un cinquième plus grand que lors du dernier salon FESPA Digital, qui avait battu tous les records à Hambourg en 2011, ce qui souligne le rôle de l’événement qui fait office de pôle d’attraction des rencontres de premier plan à l’international entre fournisseurs et acheteurs de technologie d’impression grand format.

Affichages : 2004

Lire la suite...

Le pouvoir grandissant du Big Data

Le pouvoir grandissant de la data : origines et caractéristiques du phénomène Big Data, risques et nouveaux paradigmes, opportunités économiques par L’Atelier BNP Paribas

Dans la continuité de ses travaux menés dans le cadre du Forum d’Avignon 2013, L’Atelier BNP Paribas revient sur les mécanismes fondateurs du Big Data et analyse son pouvoir grandissant sur l’économie : illustrations des nouveaux risques et paradigmes engendrés par l’industrie du Big Data, des secteurs les plus concernés et de son impact sur le quotidien des citoyens-consommateurs.

Affichages : 1882

Lire la suite...

Vive le Garamond!

Le Garamond est la police de caractères la plus efficace pour imprimer, parmi les polices retenues par l'administration générale des services des Etats-Unis. Raison : le Garamond a un dessin plus fin des lettres, ce qui signifie moins d'encre utilisée pour chaque caractère. Si le gouvernement américain décidait d'abandonner les caractères Times New Roman et Century Gothic au profit du Garamond, le gouvernement pourrait économiser plus de 29% de ses dépenses en encres qui atteignent chaque année 467 millions de dollars. A cette économie annuelle de 136 millions, on pourrait rajouter les économies réalisées par les Etats eux mêmes qui sont évaluées à 97 millions de dollars.

Affichages : 2560

Lire la suite...

Les 10 tendances technologiques qui transformeront les entreprises

Etude Deloitte Tech Trends 2014 « Inspiring Disruption »

Deloitte vient de publier son étude « Tech Trends » qui se penche sur l’univers en constante mutation des technologies au service de l’entreprise. Le cabinet a sélectionné dix tendances susceptibles d’avoir un impact significatif sur les entreprises dans les deux prochaines années.

Cette étude 2014, intitulée « Inspiring Disruption », met en avant des tendances qui illustrent le fort potentiel des technologies dans la transformation des modes de travail, des modèles économiques et des industries.

« Deloitte a dégagé 5 tendances de rupture (« disruptors ») pointant du doigt les technologies susceptibles d’avoir un impact positif et de long terme sur les capacités informatiques, les processus métiers et parfois même sur les modèles de fonctionnement de l’entreprise. L’étude identifie également 5 tendances accélératrices (« enablers ») qui correspondent à des technologies dans lesquelles bon nombre de DSI ont déjà investi du temps et des moyens, mais qui méritent un réexamen cette année du fait de certaines évolutions ou de l’émergence de nouveaux débouchés possibles. » déclare Eric Delgove, Associé Conseil responsable des activités Technology chez Deloitte.

Affichages : 2473

Lire la suite...

Le livre numérique progresse

   Livre numérique

A l'occasion du 34ème édition du Salon du Livre, GfK indique que le marché du livre numérique continue de connaître des évolutions très positives.
Le marché du livre numérique a doublé de taille entre 2012 et 2013 avec plus de 5 millions de téléchargements payants et un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros.
Sébastien ROUAULT, chef de goupe Livre chez GfK précise : « La part du numérique reste marginale si on la rapporte à l’ensemble du marché du Livre, soit 1,1% du chiffre d’affaires total du marché. Mais il convient de nuancer ce ratio en tenant compte du fait que tous les segments de marché physiques ne trouvent pas encore leur équivalent en numérique ».
Si aujourd’hui romans et essais paraissent de plus en plus souvent en physique et en numérique de manière simultanée, cela n’est pas le cas pour les livres illustrés, pratiques ou les albums jeunesse par exemple où le passage au dématérialisé est plus complexe à mettre en place.

Affichages : 2253

Lire la suite...

IPEX 2014: 24 au 29 mars

L'évènement européen des industries graphiques de 2014 est le salon IPEX 2014 qui doit se tenir à Londres du 24 au 29 mars. Il est organisé pour la première fois dans la capitale britannique (avant il se tenait à Birmingham) par Informa Group, pour qui c'est aussi une première. Précédemment, il était géré par PICON (l'organisation professionnelle des fournisseurs britanniques des industries graphiques). L'IPEX 2010 avait réuni 95 000 visiteurs en provenance de 135 pays. Cette année, une seconde manifestation se déroulera en même temps : Cross Media Production du 25 au 27 mars.

Affichages : 1862

Lire la suite...

En 2014, la facture électronique serait-elle plus simple et plus sûre que la facture papier ?

La piste d’audit fiable a fait son apparition en France en 2013, dès lors qu’il a été envisageable d’envoyer des factures électroniquement sans EDI (Echange de Données Informatisées) et sans signature.

Les entreprises ont ainsi vu une nouvelle opportunité leur permettant d’envoyer leur facture via un simple email, sans rien demander à personne et sans coût supplémentaire. Elles se sont dit : « Adieu prestataires d’horodatage, de signatures, de coffres-forts électroniques ; tiers-archiveurs et autres organismes certifiés ! Grâce à internet nous bénéficions de la gratuité de nos envois et nous pouvons réaliser de vraies économies, notamment en cette période de crise importante. » 

Affichages : 1790

Lire la suite...

Vive la bande magnétique!

L'archivage des données a aussi sa hiérarchie. La mémoire flash est recommandée pour les données consultables régulièrement; le disque dur pour celles qui sont utilisées de temps en temps; et la bande magnétique pour les données froides (celles qu'il faut conserver mais qu'on utilise qu'exceptionnellement). En un peu plus de deux mois, 90% des données d'une entreprise deviennent froides remarque Andrew Leung de l'Université de Californie à Santa Cruz. D'où l'intérêt de la bande magnétique dans ce dernier cas.
Elle offre en effet quatre avantages par rapport aux disques durs pour la conservation des données à long terme indique un récent article publié dans "The Economist". Selon Alberto Pace (responsable données et archivage du CERN) ces avantages sont :

  1. La vitesse. Même si l'accès des robots aux bandes magnétiques prend jusqu'à 40 secondes, ensuite l'extraction des données d'un bande magnétique est quatre fois plus rapide qu'a partir d'un disque dur.
  2. La fiabilité. En cas de rupture de bande, on peut recoller les deux bouts et au pire on perdra quelques centaines de megabytes. Quand un disque dur d'une capacité d'au moins un terabyte tombe en rideau, c'est tout son contenu qui est perdu.
  3. L'énergie. Une bande magnétique n'a pas besoin d'énergie pour conserver ses données. Chaque fois qu'on arrête un disque dur on augmente sa probabilité de rupture.
  4. La sécurité. En cas d'intrusion externe (par un hacker), la destruction des données stockées sur disque dur (50 petabytes ou 50x 1000 x 1000 Gigabytes, dans le cas du CERN) pourra ne prendre que quelques minutes. Pour effacer les même données stockées sur bande magnétique il faudrait des années.
  5. La bande magnétique offre deux autres avantages indique Evangelos Eleftheriou (responsable des technologies d'archivage chez IBM Zurich):
  6. Le coût. Un gigabyte stocké sur bande magnétique coûte 4 cents (de dollar), contre 10 cents sur disque dur.
  7. La durabilité. Des bandes magnétiques peuvent être relues après trente ans, contre au maximum cinq ans pour un disque dur.

Le futur passe par une augmentation des capacités de stockage des données qui se multiplient à vitesse exponentielle. IBM avec Fujifilm cherchent à augmenter les capacités de stockages de données sur bandes magnétiques pour atteindre 100 gigabits par pouce carré (6,45 cm2) soit 35 terabytes sur une seule cartouche de bande magnétique!
http://www.economist.com/news/technology-quarterly/21590758-information-storage-60-year-old-technology-offers-solution-modern

Raphael Ducos

Affichages : 1855

Europe de l'Ouest : recul du marché des biens d'équipement de la maison

   Johannes Diener (Drytac Europe)    Le marché des biens d’équipement de la maison en Europe de l’Ouest enregistre une nouvelle baisse au quatrième trimestre 2013. L’activité cède 3,1% à  58.3 milliards d’euros. Sur l’ensemble de l’année 2013, le chiffre d’affaires recule de 3,6% par rapport à 2012, pour atteindre 196.3 milliards d’euros.
Parmi tous les secteurs examinés par l’indicateur GfK TEMAX® Europe de l’Ouest, les Télécommunications (TC : q/q +2,7% - y/y +6,6%) et le Petit Electroménager (SDA : q/q +2,4% - y/y +1,5%) restent les principaux générateurs de croissance. L'année 2013 s’avère être mitigée pour le marché européen des biens d’équipement de la maison, avec de profondes disparités selon les régions. De bons développements ont été particulièrement enregistrés au Portugal, en Espagne et en Suède.

Affichages : 1975

Lire la suite...

Les marchés des biens d’équipement de la maison en petite forme

En Europe de l’Ouest, au troisième trimestre 2013,  les marchés des biens d’équipement de la maison enregistrent un chiffre d’affaires de 45,5 Md € selon l’étude GfK TEMAX®. A période et périmètre comparable, la valeur évolue à la baisse : -5,9% sur ce troisième trimestre et -3,9% sur un cumul des neuf premiers mois de l’année. Dans ce contexte difficile, les télécommunications enregistrent une nouvelle performance, notamment grâce aux Smartphones. La valeur du secteur progresse de +6,1% sur Q3 soit 10 milliards d'euros (juillet à septembre), et de +10,3% sur les neuf premiers mois, soit des ventes de 29,1 milliards d'euros.
Les ventes des équipements bureautiques et des consommables ont baissé au Q3 de -4,9% pour atteindre 4,9 milliards d'euros. Seuls la Grèce et la Suède ont enregistré une très légère croissance dans ces domaines. Les consommateurs ont acheté davantage de systèmes d'impression jet d'encre haut de gamme, et de systèmes MFP noir et blanc laser, que des systèmes standards ou monofonctions. Si les ventes des équipements ont commencé de reculer il y a deux ans environ, les consommables enregistrent des baisses régulières de vente à leur tour.  Le secteur (les consommables représentent 2/3 du C.A.) aura sans doute du mal à se redresser dans le futur.
Dans le domaine des technologies de l'information (IT) les ventes du troisième trimestre ont reculé de -2,8% d'une année sur l'autre. Ce qui correspond à un montant de 12,9 milliards d'euros. Les seuls pays a s'être légèrement redressés sont la Belgique, le Portugal, et la Grèce. L'engouement pour les nouveaux outils (tablettes, notebooks etc.) ne compense cependant pas la baisse globale notée dans les ordinateurs mobiles et de bureau. Le dernier trimestre 2013 devrait montrer de la fermeté (niveau de la demande et valeurs). L'année 2014 pourrait progresser légèrement (à un seul chiffre).
GfK TEMAX® est un indice exclusif développé par GfK Consumer Choices qui mesure les ventes portant sur les marchés des biens d’équipement de la maison en BtoC (et en BtoB pour la micro-informatique  la bureautique et consommables). Le rapport GfK TEMAX® est publié au niveau international. Les conclusions sont basées sur la consolidation des résultats mensuels et hebdomadaires des panels distributeurs de GfK Consumer Choices. Le panel intègre les données de ventes à la référence de plus de 390 000 magasins à travers le monde. www.gfktemax.com

Raphael Ducos

Affichages : 1933

L'Ipex 2014 : y aller ou pas?

La manifestation plus que centenaire des industries graphiques britanniques organisée pour la première fois par Informa Group, et non plus par Picon (les fournisseurs britanniques des industries graphiques) se tiendra du 24 au 29 mars 2014, aussi pour la première fois au centre d'exposition ExCeL de Londres. Le dernier Ipex 2010, qui s'est tenu à Birmingham, a reçu près de 95 000 visiteurs de 135 pays.
En même temps que l'Ipex 2014 se déroulera la nouvelle exposition Cross Media Production du 25 au 27 mars.  

Affichages : 2036

Lire la suite...

La sécurité de l’information dans l'industrie

L’industrie est le secteur qui investit le moins dans la formation et la communication interne pour atténuer les risques pour l’information.
Près de la moitié des dirigeants d’entreprises européennes du secteur de l’industrie estiment que leur personnel représente une menace sérieuse pour la sécurité de leurs informations, pourtant 1/4 d’entre eux ne prévoient pas d’investir dans des formations pour limiter les risques et 1/3 ne communiquent même pas sur le sujet avec leur personnel. C’est ce que révèle une récente étude du spécialiste de la gestion de l’information Iron Mountain, en association avec le grand cabinet de conseil aux entreprises PwC.

L’étude paneuropéenne précise que 46 % des dirigeants du secteur de l’industrie doutent de leurs employés vis-à-vis de la sécurité de l’information, soit près du double de la moyenne de l’ensemble des secteurs qui se situe à 24 %. La plupart des dirigeants d’entreprises de taille moyenne interrogés (82 %) sont convaincus que leur personnel respecte le règlement interne sur les risques pour l’information. Ce niveau de confiance chute à 67 % dans le secteur industriel, où le personnel du service informatique, ainsi que les cadres supérieurs et membres de la direction sont considérés comme les principaux vecteurs de risque de violation de données, à 55 % et 33 % respectivement.
 
Paradoxalement, 24 % des dirigeants du secteur de l’industrie ne forment par leurs employés sur les risques liés à l’information et, dans 37 % des cas, il n’existe aucun programme de communication interne qui permettrait de renforcer les procédures d’atténuation des risques.
 
Cette défiance manifeste des dirigeants du secteur de l’industrie vis-à-vis du personnel cache des préoccupations particulièrement vives concernant les violations de données. Ils sont en effet près d’un tiers (32 %) à craindre les suites juridiques d’une perte de données accidentelle, soit 2 fois plus que la moyenne (16 %), et 48 % à redouter les pertes financières d’une violation, contre 33 % en moyenne. 16 % pensent également qu’une violation de données pourrait menacer l’existence même de leur entreprise. C’est 3 fois plus que la moyenne tous secteurs confondus.
 
Marc Delhaie, PDG d’Iron Mountain France, commente ainsi les résultats de l’étude : « Le secteur de l’industrie traverse une période de profondes mutations, stimulées par l’innovation, les stratégies de consolidation et la mondialisation. Pour s’adapter, les dirigeants doivent conjuguer l’accès simple et rapide aux informations stratégiques et leur protection suffisante. Cela suppose la mise en place de pratiques robustes de gestion de l’information et l’instauration d’une culture de responsabilité vis-à-vis des informations. Les employés doivent devenir la première ligne de défense de l’information. Mais pour y parvenir, il faut les former aux pratiques de protection de l’information et établir un programme de communication interne en ce sens. »

Pour cette étude, PwC a interrogé les dirigeants et cadres supérieurs de 600 entreprises de 250 à 2 500 employés des secteurs juridique, financier, pharmaceutique, des assurances, de la fabrication industrielle et du génie civil en France, en Allemagne, en Hongrie, aux Pays-Bas, en Espagne et au Royaume-Uni.
Pour connaître toutes les conclusions de l’étude pour le secteur de la fabrication industrielle, lisez le rapport : « La gestion de l'information en 2020 : quel avenir pour l’industrie? » www.ironmountain.fr/etudes.

Raphael Ducos

Affichages : 1939

Le marché B-to-C de l'impression en France en 2013 : 960 millions d'euros

Le marché B-to-C de l’impression a généré en France 960 millions d’euros en 2013, en baisse de 5% indique GFK dans son dernier "bilan des biens technique en France".
Enregistrant 15,4 milliards d’euros de dépenses, la consommation de biens techniques en France s’est de nouveau contractée en 2013 (-2%) mais laisse entrevoir une nouvelle dynamique :« Certes, Smartphones et tablettes restent les produits les plus convoités, mais entrainent avec eux l’essor, voire la renaissance d’un ensemble de matériels traditionnels désormais connectés » explique François KLIPFEL, Directeur Général Adjoint chez GfK Consumer Choices France.

Affichages : 1728

Lire la suite...

La fin du bureau?

Une étude publiée par HP et réalisée auprès des voyageurs d’affaires révèle que 93 % des cadres interrogés finalisent la préparation de leurs réunions au cours de leurs déplacements. Ces travailleurs nomades travaillent donc de plus en plus en flux tendu.

Selon cette enquête menée auprès de voyageurs d’affaires réguliers de neuf pays européens, 54 % des personnes interrogées consacrent au moins la moitié de leurs voyages à des dossiers relatifs à l’objet de leur déplacement. Les Britanniques sont les plus enclins à travailler jusqu’au dernier moment : 67 % d’entre eux passant plus de la moitié de leur voyage à préparer leurs prochains rendez-vous. Par comparaison, seulement 43 % des Allemands sont organisés de cette manière en déplacement.

Grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, 88 % des voyageurs d’affaires peuvent rester productifs pendant leurs déplacements, que ce soit pour consulter leur messagerie électronique (31 % du temps passé), rechercher des informations (24 %) ou en peaufiner leurs dossiers (22 %).

« Le travail en situation de mobilité fait désormais partie intégrante de la vie des cadres. L’étude montre que l’informatique est aujourd’hui influencée par la connectivité, ce qui suscite des attentes de plus en plus fortes vis-à-vis des périphériques mobiles », indique-t-on au sein de la Catégorie Systèmes Personnels professionnels chez HP.

Cette enquête montre également que, pour de nombreux utilisateurs, le bureau n’est plus l’endroit le plus productif. 73 % des personnes interrogées considèrent ainsi que les déplacements leur permettent de rattraper leur retard et d’améliorer leur productivité, tandis que 56 % déclarent avoir de meilleures idées hors de leur bureau.

(L’enquête a été commandée par HP pour mieux connaître les comportements, les préférences et les problématiques des voyageurs d’affaires européens. Elle a été réalisée par le cabinet d’études indépendant Vanson Bourne durant l’été 2013 via un questionnaire en ligne. 600 voyageurs d’affaires de neuf pays européens (Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Russie, Espagne, Suède et Royaume-Uni) y ont pris part.
Les personnes interrogées appartiennent à différents secteurs, tels que la production, l’informatique et la technologie, les services financiers et la santé. Pour participer à cette enquête, les professionnels interrogés devaient passer plus de la moitié de leur temps de travail en déplacement ou se rendre à l’étranger au moins deux fois par mois dans le cadre de leur activité professionnelle.)

Raphael Ducos

 

Affichages : 2008

Marchés de l'impression : léger redressement en fin 2013

Après un salon IT Partners (4 et 5 février, Paris) qui a montré que le secteur de la repro et de l'IT bureautique ne va pas si mal, les chiffres d'IDC relatifs aux marchés français de l'impression et de la copie qui viennent d'être publiés montrent que le quatrième trimestre 2013 (par rapport à la même période de 2012) a enregistré des ventes en progression de +8,6% en volume. Les marchés du jet d'encre et du laser ont augmenté de plus de +9%. Les marchés grand public du jet d'encre ont dépassé +8,8%, tandis que les jet d'encre professionnels ont progressé de +13,8%. Les livraisons des équipements laser ont été très positifs indique IDC. Toutes les imprimantes et tous les MFPs ont enregistré des placements en croissance. Les MFPs couleur ont même progressé de +21% au dernier trimestre 2013 par rapport à la même période de 2012. Le seul segment en retrait est celui des imprimantes A3 laser. Pour toute l'année 2013, le marché français a très légèrement progressé de +0,5%.

Affichages : 1718

Lire la suite...

Paris 3D Printshow : succès

Le premier salon consacré à la 3D à Paris a attiré une foule nombreuse de passionnés et de professionnels. Une cinquantaine d'exposants étaient au rendez vous. Petits développeurs, constructeurs, prestataires concernant tous les secteurs directement concernés par les technologies 3D. Parmi ceux-ci : la mode, la santé, l'éducation, la décoration, la fabrication sur mesure en petite, moyenne ou grande taille, etc. Quelques soient les matières, et les logiciels (open source majoritairement) utilisés. Peu de grands noms parmi les exposants à part Autodesk, Stratasys, Sculpteo, l'université de Nottingham (etc.).  HP et Roland, entre autres, n'étaient pas présents. Un défilé de mode, un véhicule construit en 3D, et des ateliers cadraient les deux journées de manifestation. En voici quelques aperçus.
www.3Dprintshow.com

Affichages : 1940

Quand le moins cher n’est pas forcément le meilleur

TCO pour Total Cost Ownership, trois lettres pour désigner une méthode d’évaluation des coûts initiée par le cabinet Gartner aux USA en 1998. Encore peu usité en France, le TCO est pourtant le seul moyen de connaître et prévoir le coût d’usage réel d’un produit parce que cette méthode de calcul prend en compte, au delà du prix d’achat, l’ensemble des consommables. Et dans le cas  qui nous intéresse, les imprimantes sont particulièrement concernées par le TCO.

Affichages : 1680

Lire la suite...

Basculement

Les moyens de reproduction/impression analogiques, ou traditionnels, deviennent désormais des complèments des moyens numériques. Que ce soit dans les domaines du commercial, de l'artistique, de l'éditique, de l'étiquette, ou de l'emballage etc. Les longs tirages baissent, la moyenne des tirages aussi. La segmentation fait rage, même si les données variables sont encore rares. Les donneurs d'ordre ont imposé leur loi. Il a fallu une génération (25 ans) pour que la conjonction des nouveaux moyens d'impression numérique, du Postscript/PDF/jpeg, et de la baisse du prix des mémoires informatiques permette ce basculement.

Les constructeurs traditionnels tentent de suivre ce mouvement en optimisant leurs offres (automatisation et temps de calage réduit), et en s'associant avec des acteurs du numérique pour répondre aux offensives des nouveaux entrants.

On trouve ainsi les accords Komori-Konica Minolta et depuis peu Komori-Landa, Heidelberg-Ricoh et depuis quelques jours Heidelberg-Fujifilm. KBA (le plus ancien constructeur traditionnel) n'a pas hésité à lancer un modèle d'offset numérique.

Les nouveaux acteurs du numérique de production ont pour nom Canon qui a racheté Océ dans ce but, Kodak qui a abandonné ses activités grand public pour se concentrer sur les industries graphiques, Fujifilm qui s'appuie sur son expérience dans les divers domaines graphiques, Hewlett-Packard qui optimise sa maîtrise de l'impression jet d'encre, Ricoh qui a repris Infoprint, Screen, Xeikon, Xerox qui vient de racheter Impika (Durst, EFI, Epson sont pour le moment orientés étiquette, textile et grand format). Les gammes de supports d'impression proposés par les papetiers se sont adaptées à ces nouveaux moyens de production.

Question : est ce que ces nouvelles technologies numériques peuvent permettre d'assurer aussi bien des courts, moyens et longs tirages à des coûts intéressants?

Raphaël DUCOS

Affichages : 1768

Dix choses qu’on aurait continué d’ignorer si elles n’avaient pas été couchées sur papier

Iron Mountain rappelle à l'occasion de la Journée européenne de la protection des données, le 28 janvier 2014, que protéger l’information aujourd’hui, c’est préserver sa valeur potentielle à l’avenir. 

Chaque jour, ce sont 2,5 quintillions (2,500.000.000.000.000.000.000) d’octets de données[i], qui sont créés dans le monde. Si nous pouvions les analyser, il en ressortirait des renseignements utiles pour éclairer notre vision des choses et de précieuses tendances pour aider les entreprises à prendre de meilleures décisions.
A l’approche de la Journée européenne de la protection des données, le 28 janvier prochain, et pour souligner l’importance de préserver l’information et d’en extraire de la valeur, Iron Mountain a souhaité établir une liste de 10 informations qui ne sont connues, que parce que les documents papier correspondants avaient été correctement protégés :

Affichages : 2030

Lire la suite...

ROP s'habille de neuf

Après quatre années d’existence ROP (www.reviewofprint.com) fait peau neuve et se présente à vous de façon différente. Un nouveau site, plus clair, plus simple.
ROP - le portail de l'impression - reste le seul site dédié exclusivement au monde de l’impression. Avec ses équipes de journalistes spécialisés, Review of Print traite toute l'actualité des solutions d'impression numérique et de leurs utilisations en deux grands secteurs identifiés par deux couleurs, le vert pour la Bureautique et l’orange pour la Production.
L’impression bureautique pour les petits et grands groupes de travail, les travailleurs indépendants, les centres de reprographie…
L'impression de production pour parler d’éditique, de commercial, de grand format, de photos, d’emballages, d’étiquettes…etc.
Les équipements, les solutions logiciels, les consommables sont examinés de près. Sans oublier la profession c'est à dire la distribution, la législation, les fournisseurs, les reportages sur les entreprises utilisatrices.
Des dossiers comparatifs sur les nouvelles imprimantes et de nombreuses autres nouveautés vont prochainement enrichir de façon exclusive le site www.reviewofprint.com.

Bonne lecture

Affichages : 2279

Lire la suite...

Optimiser les interfaces web

Au cœur d’écosystèmes numériques en constante mutation, la clé pour informer, promouvoir, vendre, augmenter le taux de transformation d’un site internet ou améliorer la productivité sur une application peut finalement se résumer à un seul mot : « Adéquation », indique le groupe Jouve dans la présentation d'une de ses activités.
Dans ce contexte, les tests utilisateurs permettent de vérifier et de tester en amont et en conditions réelles, l’adéquation d’une nouvelle interface (site internet ou application) aux usages et aux besoins de tous ses utilisateurs potentiels.

Affichages : 2216

Lire la suite...

Ne ratez pas le train du 3D

L'impression 3D n'est pas réservée aux chercheurs ou aux bricoleurs du dimanche. C'est déjà un moyen de réaliser des prototypes, des maquettes, des produits finis, à l'unité ou en courts tirages. L'impression 3D (par addition de couches de matières) change de la production classique où l'on modèle une pièce en enlevant de la matière (usinage).
On peut considérer l'impression 3D sous deux axes :

Celui industriel où la production 3D s'inscrit dans le développement et la transformation révolutionnaire vers des usines 2.0 où tout est connecté, automatisable. On peut ainsi produire de petites séries de pièces, d'éléments, de composants d'ensembles complexes, de petites ou de grandes tailles au moyen de plusieurs imprimantes 3D travaillant simultanément (100 x imprimantes 3D chez RedEye, Eden Prairie dans le Minnesota) pilotées par des logiciels dérivés de la CA0. Celui des services nouveaux que peuvent offrir les prestataires de services d'impression pour élargir leurs clientèles et répondre à de nouveaux besoins. Des services que ne manqueront pas de développer de nouvelles organisations en cours de constitution. Xerox travaille déjà sur des systèmes d'impression 3D de circuits imprimés sur des composants. D'autres constructeurs se sont sans doute engagés aussi dans cette direction.

Pour prendre conscience de l'ampleur des mouvements en cours lire l'article récent de "The Economist" (http://www.economist.com/news/technology-quarterly/21584447-digital-manufacturing-there-lot-hype-around-3d-printing-it-fast), et peut être vous rendre au premier salon français consacré à la l'impression 3D "3D PRINTSHOW 2013" qui aura lieu au Carrousel du Louvre (99 rue de Rivoli) les 15 et 16 novembre. On y trouvera des imprimantes 3D, et autres équipements 3D, etc.
http://fr.3dprintshow.com.systranlinks.net/paris2013/

Raphael Ducos

Affichages : 2303

Le numérique sur soi

e-tattoo Motorola tnL'univers numérique des smartphones, PCs, appareils de photos, scanners, réseaux, documents, et de l'impression (y compris 3D) s'enrichit d'une nouvelle dimension : le numérique sur soi. Ses composés ont déjà pour nom Selfie, RealSense, Wearable Technologies, Google Glass, e-tatoo, etc.
Selfie c'est le miroir de soi réalisé grâce à un appareil de photo numérique. La capture d'instants personnels par soi-même. L'écran articulé facilite le contrôle de la prise de vue.

Affichages : 2484

Lire la suite...

TYPE : RIDER ou l'odyssée typographique

"Type : Rider" est un nouveau jeu vidéo dont le but est de faire connaître la typographie à travers une expérience interactive et transmedia. Il est décliné sur plusieurs media : AppStore, Google play, Facebook, plus Arte, et sous la forme d'une installation interactive sur place. Ce jeu a été co-produit par Arte et Ex Nihilo.
En utilisant deux-points propulsés dans le monde de Type : Rider, on peut découvrir l’histoire de la typographie à travers une aventure onirique aux musiques et graphismes époustouflants ! Cela va des dessins de la préhistoire à la découverte de l'imprimerie par caractères mobiles de Gutenberg.
L’anatomie des lettres se présente dans une installation interactive poétique utilisant vidéo projection et reconnaissance de forme destinée à tous. "Type:Rider" sort alors de l’écran. On peut disposer des caractères mobiles et tangibles à la manière des anciens typographes et créer son propre mur typographique !
Il est possible de créer, partager, jouer, noter les créations de vos amis avec l’éditeur de niveau de Type : Rider pour Facebook ! Toutes les infos et les dates des prochaines expositions sur la page Facebook !
Type : Rider retrace l’histoire de la typographie dans un jeu d'aventure et de puzzle. Sur arte.tv figurent les 5 premiers niveaux de Type : Rider et on peut télécharger le jeu dans son intégralité sur l’AppStore et Google Play!
Jérome Peignot : «À travers l’histoire des lettres c’est, finalement, de celle de l’humanité que l’on traite…»
yt-brand-standard-logo-95x40
http://www.youtube.com/watch?v=4wHpn7lv-NQ


Raphael Ducos

Affichages : 1983

200 x lettres hebdomadaires

Vous lisez la 200ème lettre hebdomadaire de reviewofprint (ROP) éditée par la société ROP Media. Après une première version du site, et de la lettre, consacrés à l'impression numérique, une nouvelle déclinaison a été mise en place à l'automne 2013. Objectifs : distinguer ce qui relève de l'impression bureautique de l'impression de production, et faciliter l'accès aux informations. Des nouvelles brèves complètent la nouvelle approche.

En 2014, ROP Media a décidé en collaboration avec le laboratoire indépendant BenchExpert Labs, de publier des dossiers consacrés au TCO (coût total de possession) des équipements d'impression. Le premier sortira bientôt.

Affichages : 2156

Lire la suite...

Naissance de l'Alliance Mopria

Canon, HP, Samsung et Xerox viennent de s'engager dans une alliance pour développer une approche unique et simple de l'impression mobile. C'est l'Alliance Mopria. Il s'agit de mettre au point des standards indépendants des marques pour pouvoir imprimer simplement à partir d'un terminal mobile (smartphone, tablette ou autre). Pour cela il faut rapprocher les fournisseurs de mobiles, de logiciels, et d'imprimantes de façon à mettre au point une approche universelle de l'impression à partir de n'importe quel mobile vers n'importe quelle imprimante, où qu'elle soit située.
L'idée est d'abolir la nécessité de télécharger de multiples pilotes d'impression (comme c'est le cas actuellement), d'améliorer l'utilisation de l'impression mobile par les utilisateurs, et de faciliter l'émergence et d'adoption de standards indépendants.
A la fin de 2013, le nombre d'équipements mobiles connectés dépassera le nombre d'êtres humains sur la terre! Dans les trois prochaines années, 56% des salariés utiliseront leurs équipements mobiles sur leurs lieux de travail, contre 40% actuellement. En 2015, 50% des utilisateurs de smartphones et 56% des utilisateurs de tablettes voudront imprimer directement, contre respectivement 24% et 32% aujourd'hui.
L'Alliance Mopria a pour but de simplifier l'impression mobile que ce soit par le biais de logiciels, d'équipements mobiles ou/et d'impression. Des fournissseurs de logiciels se sont déjà engagés dans cette voie aux côtés de Canon, HP, Samsung et Xerox. Il s'agit d'Adobe, Papyrus, HP Live Photo et Diptic.

Affichages : 2739

Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2013

Top Desktop version