Review Of Print

Login

Une semaine d'enfer pour l'édition

Apple a lancé l'iPad Mini pour contrer Google, Amazon, Samsung, etc. sur le créneau des tablettes de sept pouces (23 octobre). Microsoft présente Windows 8 et lance sa tablette "Surface" (25 octobre).
Newsweek a annoncé la fin de son édition papier, pariant sur les lecteurs sur tablettes (70 millions rien qu'aux USA) pour se rééquilibrer (18 octobre). En Europe le Guardian s'apprête sans doute à faire de même. Même si la direction dément (29 octobre).
Waterstones (réseau de librairies aux USA, et au Royaume-Uni) a choisi de vendre les liseuses d'Amazon en abandonnant un projet avec Sony. Avant, Amazon était son ennemi n°1. En France Darty a aussi choisi de distribuer les produits Amazon sur ses 228 points de vente. 22 octobre.
Amazon justement a annoncé des pertes de 274 millions de dollars pour le trimestre de juillet à septembre, contre des bénéfices de 73 millions de dollars un an plus tôt. Son chiffre d'affaires pour le trimestre a progressé de +27% à 13,8 milliards de dollars. En décembre 2010, Amazon a investi 175 millions de dollars dans LivingSocial, et continue de promouvoir ses liseuses. La Kindle Fire HD 8,9 pouces sera lancée le 20 novembre. Le CA du quatrième trimestre devrait se situer entre 20,2 et 22,7 milliards de dollars (25 octobre).
Penguin et Ramdom House ont décidé de fusionner en une seule organisation Penguin Ramdom House (53% Berteslmann, 47% Pearson). Elle sera présidée par John Makinson (ex-PDG de Penguin) et dirigée par Markus Dohle (ex-patron de Ramdon House). Chiffre d'affaires estimé pour l'ensemble : 2,5 milliards de £ (300 millions de £ de bénéfices en additionnant les résultats). Il maîtrise un quart des marchés du livre aux USA et au Royaume-Uni. Cela représente 3500 employés chez Penguin, et 5300 chez Ramdon House. Plus de 200 millions d'exemplaires imprimés chaque année. Sans doute près de 10 000 titres actifs. Les autres grands editeurs mondiaux restant encore en compétition sont Hachette, HarperCollins, MacMillan et Simon & Schuster (29 octobre).
Google (et ebay entre autres) bénéficie à plein des disparités réglementaires des pays européens, et de la segmentation des médias nationaux pour payer le moins d'impôts possible, et encore moins une de ses matières premières : les informations reprises de la presse. Google défend son bon droit et l'ouverture qu'il apporte à la presse par son activité. Le débat est ouvert. Une rencontre entre le Président de la République Française et le PDG de Google était prévue en fin de journée sur ces sujets (29 octobre).
En arrière plan se dessine l'éternel bras de fer entre producteurs et distributeurs.
Raphael Ducos
Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2013

Top Desktop version